• Refus du passé page -9-

     

    Refus du passé

     

    Pour en revenir à Geneviève  ; la jeune femme avait réussit la phase première de son plan : reprendre sa fille et en finir avec sa mère en premier, son père et ses sieurs en second et pour de bon.

    Presque qu'un bon mois s'écoula dans le nid douillet de la grande villa de son ami le chirurgien qui l'avait accueillit avec sa petite Elisabeth. Pierre respirait la générosité dont il savait faire preuve aupré de sa protégée. Geneviève avait une confiance inébranlable en lui. Depuis qu'elle habitait à demeure chez son  ami et protecteur, elle savourait sans aucune gêne les bienfaits dont elle profitait pour sa petite et pour elle-même. Elle était libre de ses allées et venues dans les parcs ou elle rencontrait d'autres mamans heureuse de montrer son enfant dans une belle poussette offert par Pierre. Ses cadeaux la rendaient fière. Ce n'était pas qu'elle aima l'argent à un point tel qu'elle s'enorgueillissait de tous ses présents ; mais elle aimait que sa petite ait de jolies choses. Sa petite  enfance en avait été trop privé pour qu'elle n'apprécie pas ce que Pierre offrait à son enfant.

    Pour en revenir à ses désirs, Geneviève avait besoin de se créer son propre monde. Le parc Montsouris était un lieu propice à la méditation et aux rencontres. Geneviève s'était installée une peu à l'écart mais pas trop près d'un groupe de jeune femmes : mamans conne elle. Geneviève avait fait connaissance, et sympathisé avec une jeune maman prénommée Martine. La jeune femme lui inspirait confiance. Geneviève avait tellement besoin de sociabiliser avec des jeunes mamans de son âge en dehors de ce cocon pourtant bien sécurisant qu'était l'entourage de la villa mit à sa disposition, ainsi que des employés à tout à son service,  dévoués à ses moindres besoins concernant l'entretient de sa petite ou d'elle-même si le l'occasion s'en faisait sentir pour une chose ou pour une autre... 

    Après avoir bien papoté entre femmes, et respirer à plein poumons un bon bol d'air, les deux jeune mamans qui avaient sympathisé, prenaient congé du groupe, et rentraient tranquillement à pieds sans oublier de s'arrêter à la terrasse d'un café se trouvant sur leur trajet de retour afin de collationner. Geneviève évitait de trop penser au décès qui l'avait ravagé et privé de ce bonheur qui lui avait été enlevé trop vite, et qui la hantait encore... Vivre tout le temps dans l'entourage de pierre l'étouffait. Elle avait trop envie de sortir de sa cage dorée. Il ne l'empêchait pas d'aller et de venir comme elle l'entendait ; mais le fait qu'il se rendait de plus en plus indispensable dans l'existence de sa protégée la rendait mal à l'aise. Pourtant, elle se sentait redevable de son ami. La petite Elisabeth s'apprivoisait, heureuse de vivre et de se sentir aimée. Tout semblait se dérouler  pour le mieux, dans le meilleur des monde, si ce n'était cette envie de liberté qui la tenaillait et la peur que son mari ne la retrouve. L'angoisse la tenaillait à chaque fois que cette idée venait subrepticement torturer son esprit et lui gâcher sa tranquillité. Dans ces moments là, son ami Pierre était là pour l'aider à surmonter sa déprime surtout lorsque Bob se rappelait à sa mémoire, et que son cœur souffrait de son absence au point qu'elle perdait tout contact avec la réalité. Ce sentiment de solitude se réveillait surtout lorsque le soir tombait. Qu'allait-il advenir d'elle si elle ne parvenait pas à l'oublier ? Elle avait en charge sa petite fille tant qu'elle se sentait à l'abri grâce à l'hospitalité de son ami Pierre qui, malheureusement, n'était pas toujours là : son métier y était pour beaucoup et il ne comptait pas ses heures lorsque son service se prolongeait tard dans la soirée, surtout si l'on avait un besoin extrême de ses services.

    Pour ce qui était de l'amour étant encore trop présent dans son cœur et qui accaparait toute ses pensées, nul autre homme ne saurait le remplacer. Elle était très reconnaissante envers Pierre pour toute sa bonté, et l'aimais d'une amitié sincère ; mais cela n'allait pas plus loin. Elle était consciente de tout ce qu'il faisait pour elle et son enfant, mais ça s'arrêtait là. Souvent Geneviève avait l'impression de sentir son cher amour que le destin lui avait enlevé une nuit d'orage, tout près d'elle. Certaines nuits, sa présence la troublait au point qu'elle se réveillait, sentant son odeur qui enveloppait tout son corps. Elle sentait la proximité de sa peau et ils lui arrivait même d'avoir l'impression qu'il lui parlait, l'embrassait, la caressait et qu'il lui faisait l'amour. Au petit matin, Geneviève était fatiguée, étourdie, mais heureuse. Cette nuit de douce tendresse avec celui dont elle ne pouvait oublier ses mains sur a peau, la troublait encore. Ces jours là, la tristesse mélangée à se bonheur entrevu pendant la nuit, la plongeait dans ses souvenirs et la bulle dans laquelle elle se réfugiait, et qui n'était là que pour l'isoler de l'extérieur afin de jouir égoïstement  des caresses de Bob, de l'acte d'amour dont elle en goûtait encore. Au matin, elle se réveillait entièrement à lui... et apaisée.

    Pierre s'évertuait à lui faire admettre que ce n'était que des rêves qu'elle entretenait elle-même pour se rassurer et ne pas l'oublier trop vite. Son cerveau n'acceptant pas l'évidence de sa mort, reproduisait synthétiquement toutes les odeurs pouvant lui rappeler ce qu'il avait été pour elle et qu'il représentait encore à ses yeux. Pierre essayait de lui faire comprendre qu'elle mettait du temps à oublier cette tragédie et ce qu'elle ressentait certaines nuits était normal puisque qu'elle nourrissait et chérissait son souvenir qu'elle voulait inaltérable pour le confort de son âme. Pierre essayait avec le plus de tacts possible, de lui faire comprendre que Beaucoup de personnes, après avoir perdu un être cher, vivaient des expériences similaires à la sienne. Il ne fallait pas qu'elle se complaise dans cette atmosphère surnaturelle qu'elle entretenait inconsciemment et dans laquelle elle se plaisait afin d’échapper à une réalité qu'elle trouvait sans saveur qu'elle rejetait en bloc ; mais qu'elle affrontait courageusement avec l'aide de Pierre. Elle ne devait pas chercher à  vivre à travers son amour décédé depuis quelques mois déjà. Elle se devait de puiser ses forces dans ce que la vie lui offrait, et construire son existence avec ce qui était réelle...

     

    A suivre...

     

    Ce roman est sous la protection d'un copyright 

          

    sceau copyright

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter