• Mariage arrangé page -1-

     

    Mariage arrangé

     

    Puisqu’il faut bien parler du mari de Geneviève, de son côté, Robert se rendait bien compte que rien n’allait dans son couple. Rien n’aurait pu laisser présager, avant le mariage, un début d’idylle entre sa femme et lui. Quant à leurs fiançailles, Robert s’était soumit à la volonté de son père et de sa belle-mère sans chercher à comprendre plus avant ou le menait cette futur union. Dans ce mariage arrangé, quelque chose manquait dès le départ : l’amour. De par la volonté de son père, il n’avait pas tenu compte qu’il avait son libre arbitre pour décidé de son avenir. De ce fait, Robert s’y était mal pris avec sa future femme et il s’en voulait. A présent que le mal était fait, comment aurait-elle pu lui pardonner ? Il se rendait compte qu’il ne savait pas s’y prendre avec la gente féminine. Il ne savait pas faire de belles phrases, n'avait jamais su aborder les jeune filles de sont village pour aller dans les foins séchés y faire des galipettes. La jeune fille qu’il allait épouser, était d’une beauté intimidante, et il ne savait pas faire le joli cœur. Ce n’était pas pour lui tout ça. Le jour de la cérémonie, il s’étaient retrouvés, selon la formule consacrée, unis par les liens du mariage, pour le meilleurs et pour le pire. Robert se souvint de l’air fermé de sa promise au moment du oui fatidique et incontournable qu’elle avait eu du mal à prononcer. Il avait fallu à Geneviève, quelques secondes pour s’exécuter. Lui, en fils obéissant qu’il était, n'avait même pas cherché à comprendre la réticence de sa femme. Il avait suivit les désirs de son père sans plus se poser de questions. Son paternel avait décidé pour lui et c’était très bien comme ça. Il était clair que les jeunes gens ne s’aimaient pas. Robert s’apprêtait à vivre un mariage comme celui de ses parents. Rien ne s’était déroulé de leur propre volonté car si cela avait été le cas, il n’y aurait jamais eu de mariage. La fameuse nuit de noces qui suivait la cérémonie, et la fête, les mariés étaient restés chacun dans leur coin. Les réjouissances terminées, Robert s'était enfin décidé à exercer ses droits d’époux sur celle qui était devenu sa femme, la forçant à monter les escaliers jusque dans leur chambre. A ce moment précis de la fête, sachant ce qui l'attendait,  Geneviève ne voulu pas le suivre.

     

    A suivre...

     

    Ce roman est sous la protection d'un copyright 

    sceau copyright 

     

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter