• La rencontre page -14-

     

     

     La rencontre 

     

    Rassurée, Geneviève repensa au compliment que bob, mine de rien, tout en la tutoyant, venait de lui faire. Elle avait de beaux yeux ? Jamais on ne lui avait fait un tel compliment. Encore sous l’Étonnement, Geneviève n’oublia pas de prendre un gâteau sur l'offre de Bob qui en prit un lui aussi.

    En dégustant ce délicieux gâteau fait maison, Geneviève réfléchissait à la façon dont elle allait bien pouvoir pénétrer de nouveau dans son domicile...

    Comment prendre mes affaires, s’il était, de nouveau, là ? Sans compter le scandale qui ameutera tout le quartier surtout s’il est saoul ?

    — Nous n’allons pas nous aventurer sans prendre nos précautions : en premier, je me soucie des fenêtres pour voir si il y en à d’éclairés : si tout est éteint, nous ferons ce pourquoi nous sommes venus. Si la porte s’ouvre, je me renseigne s’il ne connaît pas un couple de locataires du noms de Guérin dont je suis à la recherche : ce qui n’est pas vrais, bien sûr ! Je ferai ce que j’ai à faire et nous remettrons à plus tard ce que nous étions venu chercher. En attendant, tu te camoufleras dans le fond des sièges, à l’arrière de la Mercedes, et tu n’en sortiras pas jusqu’à ce que je vienne te chercher.

    Pour rien au monde, Bob aurait laissé la jeune femme se dépêtrer seule avec cette brute, s’il lui prenait l’envie de se trouver là ou on ne l’attendait pas. Bob se faisait l’effet d’un voleur, mais il ne pouvait agir autrement. En réfléchissant à ce qu’il lui était arrivé en cette journée pluvieuse, alors qu'il ne s'y attendait pas, Bob se rendit compte qu’il ne voulait pas, en cette soirée, se séparer d’elle. C’était au dessus de ses forces. Quelque chose en elle le captivait. Entre les deux jeune gens, s’était installer un silence qui en disait long sur leurs pensées respectives. Leur table se retrouvait subrepticement dans une sorte de bulle, les isolant des consommateurs attablés autour d'eux. Geneviève n’arrivait pas à soutenir le regard de Bob qui ne prononçait plus un mot, et qui se contentait de la regarder. Elle ne savait quelle attitude prendre. Elle sentait qu’il se passait quelque chose entre eux, une émotion qui lui rappelait ce qu’elle avait vécu et ressentit avec son premier amour William. Son cœur s’emballait, et devant le sourire franc de Bob, elle se sentait gênée. Elle baissa les yeux sur le verre de cognac à peine touché, qui tombait à pic afin d’occuper ses doigts. De son majeur, elle se surprit de nouveau à marquer le contour du verre dans un sens, et puis dans l’autre, avec application, se donnant ainsi, une contenance. Soudainement, il lui prit l’envie d’avaler encore quelques gorgées pour faire passer les gâteaux

     

    A suivre...

     

    Ce roman est sous la protection d'un copyright 

    sceau copyright   

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 12 Mars à 09:50

    Bonjour

    bon suspens que cette aventure de Geneviève

    continue et oublie les facheux

      • Lundi 12 Mars à 14:29

        J'espère que la personne avec qui je me suis prise le bec s'est calmée ?Ce qui me gêne un peu, c'est que depuis que je l'ai bannis, elle à prit plusieurs pseudos pour essayer de m'envoyer des messages pas gentils du tout alors que pour moi, l'histoire est enterrée. Ça me chagrine, car après notre pris de bec, il ne faudrait pas qu'elle s'amuse à me faire du mal par derrière ! J'ai trois ou quatre amis qui l'ont dans leur favoris et comme toi, ils sont chez moi aussi. je n'aimerais pas savoir que l'on me dénigre par derrière pour fiche ma réputation en l'air. Bien sûr que ça me tracasse ! C'est pourquoi, selon les événements, j'hésite, et je suis indécise sur la suite à donner  concernant le roman... Je suis dégoûtée de la méchanceté du genre de cette personne. C'est elle qui a commencé en se moquant de deux "S" oubliés sur un de mes commentaires ou sur une page mon roman en disant que pour un écrivain, ça la foutait mal. Mon sang n'a fait qu'un tout car jamais je ne me moque d'une personne qui fait une faute d'étourderie ou autre, car cela dépend de leur instruction ! Je trouve sa remarque très snob et un manque de tac incroyable ! J'en vois de fautes et ce n'est pas pour autant que je vais vexer la personne qui me met un commentaire sur un de mes blogs!

        Tu as raison : je n'ai pas encore digéré sa prétention  car elle faire des fautes elle aussi !

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter