• La rencontre page -13-

     

     

      La rencontre 

     

    Et puis, dans ma situation, je ne suis pas prête pour être une bonne mère. Enceinte, je ne voulais déjà pas de l’enfant. J’avais l’impression, après son acte dégoûtant, que allait être tenu prisonnière de cette vie que je n’accepte pas. Il y a trop de choses à vous raconter. Je ne peux tout vous confier en une seule fois. C’est au dessus de mes forces. Il faut juste que vous sachiez que ma mère et mon beau-père sont responsables de tout ce que j’ai vécu avant et depuis mon mariage.

    Bob était troublé par son histoire plus qu’il ne voulait le laisser paraître. Il avait vraiment une furieuse envie de faire quelque chose pour cette jeune femme. Il prit la main que Geneviève avait posée sur la table à côté du verre de cognac presque plein. Elle ne la retira pas. De son autre mains, Geneviève ingurgita avec une certaine délicatesse quelques gorgées de ce breuvage sulfureux, et pour se donner une contenance, elle l'avala avec un peu plus d’assurance. Le liquide qui lui donnait chaud de la tête aux pieds, se délectant même de cet alcool à la chaude coloration dans lequel se reflétaient et dansaient les lumières de la salle bourrée de consommateurs. N’ayant pas l’habitude de boire, Geneviève eut quelques léger rire en apercevant, à travers le verre cristallin, le visage du jeune homme dont la figure n’était plus tout à fait la même. Bob la regardait, amusé. Elle se lâcha soudainement, et rit de bon cœur, constatant que le verre déformait les faciès des clients attablés pas loin deux. Euphorique, elle jouait avec son verre comme avec une loupe, puis le reposait. Ses longues mains fines et blanches appréciaient le touché du verre. Elle le caressait, et trempant son majeur dans le liquide qu’elle le passait sur le rebords du verre comme pour essayer d’en sortir un son. Elle rêvassait, laissant au jeune homme le soin de l’admirer. Bob prit de nouveau la main de Geneviève, et lui dit avec un sourire charmeur :

    — Geneviève : les verres ne sont pas en cristal ! Avec la casse qu’il doit y avoir chaque jour, ce ne serait pas rentable pour le propriétaire de ce café.

    — Ah ! Fit Geneviève… Dommage !

    Pour la première fois, Geneviève ressentait une toute nouvelle sécurité aupré de Bob. Avec un peu plus d’assurance, elle se délectait même de cet alcool à la chaude coloration. Elle ne pensait plus à rien, puisque Bob était près d’elle, et quoi qu’il arrive, il lui avait dit qu’il ne la laisserait pas. Sa tête tournait et elle sentait des tiraillement dans son estomac.

    — Bob, je suis un peu pompette. Cela une drôle d’impression, et puis, j’ai mal au cœur, comme-ci je me trouvait dans une barque qui tangue. C'est une drôle d’impression ?

    — Ce n’est rien. C’est le cognac : cela va passer. Ce que tu ressens ne va pas durer longtemps. Ferme tes beau yeux et reposes-toi. cette sensation devrait passer en mangeant quelque chose. En attendant, ferme tes jolis yeux et repose-toi.

    Jamais Geneviève n’avait été complimenté sur ses yeux ? Cela lui faisait tout drôle… mais elle ne fit aucune remarque.

     A suivre...

     

    Ce roman est sous la protection d'un copyright 

     

    sceau copyright  

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 8 Mars à 10:41

    Bonjour

    enfin un gentil monsieur pour Geneviève, il l'aime et s'en occupe comme il se doit

    merci de cette histoire passionnante

     

      • Jeudi 8 Mars à 14:00

        Bonjour Philippe,

         Je suis choquée : pas par toi, bien sûr ! Mais je ne sais pas si je vais continuer... Je n'écris pas ce roman pour que l'on m'écrive des énormités pareilles ! D'accord : je ne laisse pas passer ce genre de message et heureusement !  Merci à toi de m'avoir donné le tuyau, mais c'est la première fois  que je reçois quelque chose d'aussi malsain, aussi vulgaire ! Mon livre n'est pas un livre porno ! Pas du tout ! Que les gens sont sales !

      • Vendredi 9 Mars à 09:32

        Bonjour

        quoi que tu fasses tu auras toujours des gens qui n'aimeront pas, ou gâcheront ta joie parmi des bons, beaux commentaires de blog

        ne lâche pas, continue et ne désespère pas

        tu as la solution de voir les commentaires et les valider si cela te plait

        donc cela ne polluera pas tes blogs

         

        bon weekend

         

    2
    Vendredi 9 Mars à 12:06

    Bonjour cher Philippe,

    Tu as raison pour ce que tu dis, mais je viens de recevoir le même message qu'hier avec la même vulgarité et "vicieuserie". Ça commence à bien faire ! Heureusement que je peux le mettre à la poubelle : là ou est sa place. Je suis quand même démoralisée car ça me fait du mal de lire de telles cochonneries. pourquoi celle personne, qui, à mon avis est un salopard d'homme se faisant passer pour une femme me fait ça ?

     

    3
    Samedi 10 Mars à 14:43

    Hello Ghislaine

    Surtout garde courage, les pervers ne sont rien qu'une fange nauséabonde. Il ne faut pas leur montrer que leurs cochonneries te touche. Tu balance tout cela à la poubelle c'est tout ce que mérite ces ordures. Leur présence sur les blogs n'ont qu'un but : tout salir de la boue dont ils sont eux-mêmes composés.

    Ce sont des gens sans talent aucun et qui jalousent le talent des autres.

    Gros bisous.

    Jo

      • Samedi 10 Mars à 14:55

        Merci beaucoup cher Jo, Tu es mon ami et j'en suis fière. Ton amitié compte beaucoup pour moi, même si elle n'est que virtuelle. J-M était fou de rage lorsqu'il à lu ce messages nauséabond. mais lui ne sait pas faire de pc. Il m'a tout de suite demandé de me renseigner afin d'empêcher ce genre d'atrocité. C'est  un visiteur régulier et fidèle à mon roman, qui m'a expliqué comment faire pour filtrer les messages. Si tu as besoin, je te donnerai la manœuvre à faire.  Bises, Ghis.

         

        Résultat de recherche d'images pour "Bon Week End à tous et toutes"

         

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter