• La mal aimée page -15-

     

      La mal aimée

     

     La sage-femme pourtant rompu à toutes épreuves, balbutia :

    Je n’ai pas voulu dire ça, mon enfant !

    Non. Vous n’avez pas voulu dire ça ! C’est juste une mauvaise expression de votre part ! N’est ce pas ? Vous ne connaissez pas encore toute ma vie ! Je ne peux et ne veux pas pardonner ! C’est au-dessus de mes forces ! Je n’éprouve rien pour ces enfants que j’ai mis au monde contre ma volonté ! Pardonner, Oublier ? Non ! Vraiment, je ne peux pas ! C’est trop me demander ! La blessure ne peut pas, et ne pourra jamais se cicatriser !

    La sage-femme, après un long instant d’hésitation, se rendant compte qu’elle avait échoué dans sa démarche et que la jeune femme s’enfermait dans un mutisme volontaire, capitula, non sans risquer quelques paroles encore, n'étant pas du tout sûr que la jeune femme en tiendrait compte.

    Je vois que je n’arrive pas à vous convaincre de garder votre bébé. Je ferai le nécessaire auprès de votre mari demain. Pour le certificat d’abandon, il faut qu’il le signe et s’il ne le veut pas, vous devrez garder votre bébé. Bon courage mon petit et bonne chance pour votre avenir. Je vous plains de tout mon cœur. Il va vous falloir énormément de force de caractère pour affronter les difficultés qui ne manqueront pas de se présenter à vous. Mais quoi qu’il advienne, encore une fois, je vous supplie de réfléchir avant d’abandonner votre bébé car vous n’êtes pas seule à décider ! Vous pourriez le regretter amèrement et votre existence risquerait de s’en trouver modifiée, et pas forcément dans le sens que vous auriez aimé qu’elle le soit !

    Je peux le mettre en nourrice et ne pas m’en occuper ! Mon mari paiera pour le résultat de son ignominie. Je refuse de m’en occuper!

    Vous avez tord ! Croyez-moi ! Un enfant apporte joies et consolations, même dans un ménage où les rapports entre époux son difficiles ! Peut-être est-ce lui qui vous aidera à surmonter les difficultés que ne manquera pas de traverser encore votre couple. Ne rejetez pas votre bébé simplement parce que vous en voulez à son père ! Ce serait injuste pour la vie que vous venez de donner ! Encore une fois, vous devez prendre sur vous et élever cet enfant. Je connais à présent votre parcours douloureux. Je suis consciente aussi, que vis à vis de votre mari, vous n’êtes pas à l’abri d’une récidive.

     

    A suivre...

     

    Ce roman est sous la protection d'un copyright 

    sceau copyright 

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter