• L'ultimatum de l'oncle page -6-

      

    L'ultimatum de l'oncle

     

    — Viens ! Ce n'est pas la peine de rester là. Nous rentrons à l'hôtel et tu m'expliqueras en route ce que mon oncle à bien pu te raconter pour te mettre dans cet état.

    Un peu plus tard, en sous sol, dans la Mercedes, Geneviève fut pressée de questions. La jeune femme n'en pouvait plus. Elle décida de ne rien cacher à Bob :

    — Je t'ai dis que ton oncle ne voulais plus que l'on ne se voit pendant les six mois à venir tant que ma situation ne sera pas stable, que mon divorce ne sera pas chose facile à obtenir et qu'il ne saurait être question de mariage entre nous, et encore moins que nous vivions ensemble, ce qui serait, pour le nom des Orial, même s'il n'y a plus que lui et toi comme représentant principal, à part des cousinages éloignés, un désastre financier. Il ne veut pas de scandale qui entacherait le nom de vos illustres ancêtres. Tu est son seul héritier et si tu ne te rends pas à ce qu'il désire pour toi, n'ayant pas d'autres choix, il nous séparera à tout jamais. Mon honnêteté n'est pas en cause à ce qu'il m'a dit, mais je ne pourrais jamais faire partie de votre famille dans l'état actuel de ma situation.

    Bob arrêta la mercedes sur le bas côté de la route, anéantit. Il resta un instant silencieux. ce qu'il ressentait était de la colère. Il essaya de se contrôler pour ne pas mettre mal à l'aise Geneviève :

    — Non ! Nous n'allons pas nous séparer, même pour six mois.  Il connait mon opinion sur ce sujet. Je vois qu'il n'a pas tenu compte de mon avis ! J'ai trente ans, bon sang ! Il ne va quand même pas me dicter ma conduite toute ma vie !

    — Ne parle pas ainsi Bob. Ne raisonnes pas sur le coup de la colère : tu pourrais le regretter par la suite. Je ne veux pas être la cause de votre mésentente.

    Bob Protesta :

    — Mais je suis plus que majeur et je me fiche complètement des ancêtres qui ont conduit leur vie à leur manière comme la fait mon oncle ! Il y a encore des descendants dans la familles qui seraient très heureux de récupérer la fortune colossale que mon oncle va laissé après sa mort si moi je refuse de reprendre les rênes des compagnies ! Je sais qu'il veut que ce sois moi qui lui succède ; mais je ne suis pas près à lui obéir. Je t'ai rencontré. Tu es mon avenir, mon destin et c'est tout ce qui m'importe. Savoir que tu vas être obligée de revoir ton mari, m'est insupportable !

    — Bob, je t'en prie, ne parle plus de lui. Je ne sais même pas si j'aurais la force de le revoir, car je n'ose te dire ce qui m'attend une fois seule avec lui dans ce taudis malsain.

    — Mais enfin : il faut bien que nous abordions ce sujet brûlant ! Tout va dépendre de lui pour ton divorce ! Te sens-tu capable de tenir six mois avec ce monstre ? Tu sais qu'il n'y aura pas de divorce, si lui ne donne pas son accord ?

    — Bob, je t'en prie ! Tais-toi ! fit Geneviève d'un ton suppliant. Je ne sais plus ce que je dois faire, dit-elle en cachant son visage dans ses mains.

    — Regarde-moi ! Dit Bob en l'attirant à lui, mais elle se dégagea doucement, en sachant très bien qu'elle ne pourrait plus se séparer de lui si elle s'abandonnait à son étreinte.

    —Bob, il faut que tu réalises ! Je t'aime follement, moi aussi, et plus que tout ! Je souffre autant que toi d'être contrainte de nous séparer parce que ton oncle nous impose se sacrifice ; mais si tu devais te brouiller avec lui, à cause de moi, tu finirais pas me haïr par la suite. Il t'a élevé. Tu es son héritier : rien ne doit entacher la réputation des salons de coiffure Orial.

     

    A suivre...

     

    Ce roman est sous la protection d'un copyright 

      

    sceau copyright  

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 4 Mai à 10:21

    quelle situation,

    je me demande ce que je ferais si j’étais a la place de Bob,

    c'est difficile d'imaginer de se séparer de quelqu’un qu'on aime et proche ainsi

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter