• L'insoumise page -20-

     

     L'insoumise 

     

    Je veux pas qu'tu travailles ailleurs que chez tes parents. Je veux que tu te soumettes à mes décisions Tu me dois obéissance !

    Geneviève sentit que la conversation allait tourner court ; mais elle voulait arriver à ses fins, et tant qu'à faire, autant percer l’abcès maintenant.

    Mais tu rêves ! Tu ne comprends donc pas ? Je veux ma liberté, trouver ma voix, faire un métier qui me plaise, et je veux divorcer ! Te voilà prévenu !

    Devenu blême et muet de stupeur devant ce flot de paroles, Robert se reprit, omettant volontairement de s’étendre sur la notion de divorce. Quant à l’idée même que Geneviève lui faisait part du désir qu'elle ressentait de travailler, il lui rétorqua sachant très bien qu’elle ne céderait pas :

    Si tu t’ennuies, t’as qu’à fair’ l’ménage! C’t’une vraie porcherie ici ! Et si ça t'suffit pas ! T’as qu’à t’occuper d’note fille ! Ça coût’ra moins cher que d’la laisser chez la nourrice ! T’as qu’à faire un effort ! C’est ton rôle de mère d’t’occuper not’e fille ! T'as déjà rej’té les aut’es ! Ça va bien ! Ça suffit !

    Oh ! Ce mauvais Français ! Cette vulgarité dans ses propos ! Vraiment, elle ne supportait plus de l'entendre s'exprimer. Ce n’était pas l’homme qu’elle aurait désirer avoir pour mari. Elle rétorqua tout de go :

    Non !

    Quoi, non ?! Dit-il en haussant la voix.

    Non ! Je ne veux pas te servir de bonne et élever tes gosses toute ma vie ! Et non, je ne veux pas m’occuper de ta fille ! J’ai bien dis : ta fille ! Est-ce que tu as oublié que tu m’as prise de force ?! Cette chose, comme tous les gosses que tu m’as fais, est le fruit de ton acte dégoûtant ! Je ne veux pas d’elle et de toi non plus ! Je ne serai jamais ta femme de mon plein gré ! Je veux divorcer ! Tu entends ? Si tu n’acceptes pas le divorce, je te rendrais la vie impossible ! De par mon mariage, je suis émancipée et je ne veux pas passer ma vie avec toi et en plus, sous le joug de ton misogyne et phallocrate de père qui te commande, à ton âge, ainsi que ma garce de mère qui veut toujours être au courant de ce qui ne la regarde pas ! Malgré la rage qui bouillait en lui, Robert s’efforça de garder son calme. Il sentait que sa femme cherchait l’affrontement. Il repris la parole et sur un ton monocorde il appuya bien distinctement sur ses mots :

      

     A suivre... 

     

    Ce roman est sous la protection d'un copyright 

    sceau copyright 

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter