• L'insoumise page -19-

     

     L'insoumise 

     

    Pour se faire, elle avait préparé un repas simple, mais qu’elle voulait mangeable, dressé la table et guetter le moment propice pour passer à l’offensive. Sans se douter un instant que son mari l’attendait au tournant, Geneviève, conduisit la conversation pour l’amener tout doucement à ce qui lui tenait le plus à cœur. Circonspecte, Robert, tout en continuant à ce poser des questions sur cette soudaine amabilité, gardait en mangeant, le nez dans son assiette, puis relevait la tête de temps à autre pour observer sa femme qui n’en pouvait plus de le regarder :

    Il mange comme un cochon. Pensa la jeune femme. Il me dégoûte. Je ne le supporte plus. Il faut que j’arrive à mes fins ! Sans perdre de son apparente assurance et sans plus réfléchir, Geneviève aborda ce pourquoi elle avait monté cette mise en scène. Ce qui pouvait se produire ensuite, elle se devait de l’affronter. De toutes façons, que ce soit maintenant ou à la saint-glinglin, le résultat serait le même. Robert, inquiet de ce que sa femme avait encore bien pu trouver pour le mettre hors de lui, réalisa soudainement qu’au beau milieu du bavardage incessant de Geneviève il venait de capter un mot qui le fît bondir de sa chaise :

    Quoi ? Tu veux toujours travailler !

    Et sans attendre sa réponse, encore une fois, il lui balança :

    Tu peux toujours travailler chez ta mère : Ta place est toujours libre ! Je te l’ai déjà dis !

    Geneviève insista, sachant très bien ce qu'elle risquait si elle ne se pliait pas aux décisions de son mari. Néanmoins, elle continua sa phrase :

    Tu ne veux pas comprendre. Je veux pouvoir choisir ce que je veux faire sans en rendre compte à qui que ce soit et surtout pas à ma mère ! Toi, c’est une chose ; mais elle, non ! J’ai envie de sortir de la maison, apprendre un métier qui m’intéresse et gagner mon argent puisque tu me reproches de dépenser l’argent de ma dot, dit-elle en appuyant sur le sujet épineux qu'était justement sa dot.

    Robert, un rictus aux lèvres, narquois et sûr de lui, opposa un refus catégorique et sans appel :

     

     A suivre... 

     

    Ce roman est sous la protection d'un copyright 

    sceau copyright 

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter