• L'insoumise page -17-

     

     L'insoumise

     

    Malgré toutes ses tentatives afin d'obtenir gain de cause auprès des autorités, la jeune femme voyait bien que rien n’avançait. Elle ne comptait pas lâcher prise aussi facilement. Il fallait d'abord qu'elle trouve un emploi. De cette manière, elle pourrait devenir plus indépendante et surtout, en s’impliquant dans un métier qui lui plairait. Une chose la tracassait encore. Elle devait se préparer au pire pour la demande de divorce. Car Robert ne changerait pas d’avis. Elle s’y attendait. Se soulevait aussi le problème du logement à trouver, et de son déménagement. Geneviève devait s’éloigner de ce quartier qu’elle exécrait. Cela allait lui prendre un peu de temps avant de tout planifier dans les moindres détails ; mais à la perspective de se créer une nouvelle vie, Geneviève sentait une exaltation l’envahir. Il est sûr qu’elle avait peur ce que qu’elle aurait encore à subir le temps que tout se mette en place ; mais elle s’en sentait le désir et ne pouvait plus reculer, même si la force lui manquait pour continuer cette vie minable qu’elle menait. Elle ne supportait plus les violentes colères de Robert lorsqu’il n’arrivait pas à ses fins. Elle ne serait pas une femme battue et violée toute son existence ! Ça, jamais ! Il lui fallait gagner juste un peu de temps pour s’organiser. Se soulevait aussi le problème du logement à trouver, et de son déménagement. Geneviève devait s’éloigner de ce quartier qu’elle exécrait. Cela allait lui prendre un peu de temps avant de tout planifier dans les moindres détails ; mais à la perspective de se créer une nouvelle vie, Geneviève sentait une exaltation l’envahir. Il est sûr qu’elle avait peur ce que qu’elle aurait encore à subir le temps que tout se mette en place ; mais elle s’en sentait le courage et ne pouvait plus reculer. La force lui manquait pour continuer. Si il lui fallait affronter le pire. Le soir même, Geneviève ferait part à Robert de ses exigences. Elle en était là de ses pensées lorsqu’elle entendit la clef tourner dans la serrure. Robert fît son apparition dans l’embrasure de la porte de la cuisine qui se trouvait être en enfilade avec le vestibule. S’apercevant que la table n’était pas mise, il lui lança un bonsoir laconique que Geneviève ne releva même pas. Elle faisait semblant de s’affairer à la cuisine dans quelques rangements dont elle se fichait comme de sa première chemise, et elle avait laissé brûler exprès ce qu’elle venait de préparé pour le dîner, ce qui lui arrivait souvent. Il est facile d’en deviner quelle en était la raison. Et bien vous ne vous trompez pas ; mais cette fois, Geneviève ne l’avait pas fait exprès. Absorbée par ses réflexions toutes intérieures, elle avait complètement oublié ce quelle avait mit à cuire sur la cuisinière à charbon.

     

     A suivre... 

     

    Ce roman est sous la protection d'un copyright 

    sceau copyright 

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter