• Destin implacable page -6-

     

     

    Destin implacable 

     

    Il revînt quelque temps après et commença à débiter les branches qui obstruaient, en grande partie, les deux portières, lorsqu'il entendit son chien couiner afin de faire comprendre à son maître que la jeune femme était en vie : le paysan félicita son épagneul tellement il était heureux d'être passé par la clairière et  finit de débiter la dernière branche qui n'était pas la plus petite, afin d'avoir une vue plus grande, lui permettant de mieux voir les jeunes gens. Il était au moins sûr qu'il y avait encore deux vies à sauver, et cela lui redonna du courage pour continuer malgré sa fatigue. Pendant ce temps, tous les bras costauds des environs arrivaient les uns après les autres pour venir aider.

    En voyant l'arbre emprisonner la voiture, ils décidèrent qu'il fallait plus de monde afin de débiter cet arbre le plus rapidement possible, car les minutes comptaient. Déjà plus d'une nuit dehors se chiffrait par des heures, minutes, secondes perdues risquaient d'être fatales pour leur survie. Ils s'acharnaient à dégager les branches les moins grosses pour ne laisser que les gros troncs à scier. La nouvelle s'était rependue comme une traînée de poudre, et des hommes  de toutes parts, arrivaient avec des outils pouvant débiter de grosses branches d'arbre et cette moitié de gros tronc, quand ils entendirent les sirènes de police secours et des dépanneurs capables de venir à bout du reste de l'arbre déjà bien débité, se rapprocher de la clairière ; mais il restait encore le plus gros du travail à faire afin de venir à bout de la moitié encore assez imposante de l'arbre.  

     

    L'infirmière qui s'occupait de Genevieve, informa le docteur que les grands-parents de l'enfant étaient venu la chercher. 

    —Nous n'avons pas pu joindre le mari. Elle est encore inconsciente. La tension est stable. Elle est moins pale qu'à son arrivé. Elle a beaucoup de chance : le coup qu'elle a prit sur la tête est moins grave que son compagnon ; mais il lui faudra du temps pour récupérer. Peut-être aura t-elle du mal à reprendre ses esprits  car nous l'avons quand même retrouvé inconsciente, et la tête est encore un mystère pour la medicine ? Quant à sa petite fille, elle va bien. Elle n'a pas souffert de l'accident. Le choc l'a faite glisser au bas des jambes de sa mère et c'est une bénédiction quand on pense à tout ce vert cassé et au pare-brise fissuré, mais qui a résisté à l'énorme masse s'écrasant sur la voiture !

    Le docteur Grangier qui était de service, ne répondit pas, mais quitta la chambre ou la jeune femme se reposait. Une fois dans le couloir de l'hôpital, le docteur Grangier questionna l'infirmière :

    — Est-ce que quelqu'un est venu pour le jeune homme ?

    — Oui docteur : l'oncle de la victime. Le jeune homme est dans un triste état, mais il est en vie. c'est ce qui importe le plus, mais il est dans le comas. Nous craignons pour sa vie. Le tuteur du jeune homme est le grand patron des salons Orial. C'est un homme d'une soixantaine d'années et si son neveu venait à mourir, je ne sais comment il réagirait ? Il invective le personnel afin qu'on lui dise pourquoi son neveu est dans cet état ? Nous avons respecté vos consignes et nous avons fait en sorte qu'il se calme jusqu'à votre arrivée.

    — Bien. Est-il encore là ? 

    — Oui. Nous l'avons fait attendre dans votre bureau.

    — Vous avez bien fait. Il n'est pas utile que tout l'hôpital soit ameuté par ce sexagénaire en état de choc et un peu trop condescendant à mon goût. Il doit se calmer, et écouter ce que j'ai à lui dire. Son neveu est entre la vie et la mort : autrement dit, dans un comas profond. Nul ne sait s'il se réveillera un jour. Il faut laisser faire le temps. Nous n'en savons pas assez sur le pouvoir de récupération du corps humains et encore moins concernant le cerveau. Son neveu n'est pas transportable comme il semble vouloir l'exiger pour l'avoir dans son manoir. Et dans cet hôpital, dans mon service, c'est moi qui commande... 

     

    A suivre...

     

    Ce roman est sous la protection d'un copyright 

        

    sceau copyright

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 5 Juin à 10:17

    Bonjour

    ça avance doucement dans les secours et un bon coup de mains ils s'en sortent, enfin Genevieve et l'enfant,

    Bob, lui, est dans le coma

    mais quel drame, quel drame, quel drame,

    je pense de plus en plus a un feuilleton télévisé de ce beau roman

    a bientot, je pense revenir vendredi avant le weekend lire la page suivante

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter