• Amour naissant page -1-

     

     

    Amour naissant

     

    Qu'elle heure est-il ? Se renseigna Geneviève aupré de son amie Juliette.

    Neuf heure trente. Lui répondit celle-ci.

    Geneviève s'entendit appeler, et se retourna vers la voix qui lui parlait :

    Oui, Patrick ?

    Vous allez vus occuper de la cliente du bout avec le Yorkshire. Ensuite, vous vous occuperez de Madame : Toutes deux n'ont seulement besoin que d'un simple coup de peigne, et elles ne veulent que vous.

    Bien.Geneviève n'était pas à son travail : Bob occupait continuellement son esprit. Si elle était prise par une quelconque occupation, la vue d'une chevelure masculine brune pénétrant dans le salon pour une manucure ou autre, la faisait sursauter.

    Tu n'as pas l'heure Sandrine : ma montre s'est arrêtée. Mariette qui n'était pas très loin d'elles, lui fit remarquer :

    Tu as déjà demandé l'heure à Juliette il n'y a pas cinq minutes ? Qu'est-ce qui ne va pas ce matin ? Tu me parais bien nerveuse ?

    Mais non ! Tu te fais des idées ! Je suis simplement fatiguée de la journée d'hier ! Je n'ai pas récupéré, et celle-là promet de ne pas être triste non plus ! Ça promet ! Je ne compte pas rester aussi tard... enfin, j'espère ? Cette matinée me semble interminable !

    Deux heure trente s'écoulèrent tant bien que mal pour Geneviève, lorsque arriva le temps de la relève. Le salon ne fermant pas le midi, un roulement s'effectuait tout naturellement entre les coiffeuses et les arpettes, de façon à assurer une parfaite coordination afin que es clients ne ressentent le moins possible le changement d'équipe. Geneviève et Juliette, faisant partie de la même équipe, en profitait pour s'éclipser à la pause de midi, jusqu'à quatorze heure pour faire du lèche vitrine et manger un petit quelque chose sur le pouce. Elles ne perdaient jamais leur temps à bavarder avec leurs collègues féminines se trouvant juste mitoyen au vestiaire des hommes, tandis que le babillage des une et des autres allait bon train. Chez les hommes, ce n'était pas mieux. Ça chahutait, se faisait des farces, discutait de tout et de rien, ce qui leurs faisait à touts et toutes, quinze bonnes minutes sur leur temps de pause :

    Ce midi, je ne mange pas, dit une fille. Je vais profiter de mon temps libre pour faire du lèche-vitrine. J'ai aperçu, pas loin du salon, une robe a-do-ra-ble ! Je ne peux plus résister : il me la faut ! Je vais, de ce pas, me l'offrir. Tu viens avec moi Monique ?

    Tu nous là montrera, dis ? Tu nous la fera voir ? J'adore les belles choses !

    Nous mangeons ensemble comme d'habitude ? Demanda Sophie à Geneviève et à Juliette.

    Non : pas aujourd'hui : J'ai pas mal de choses à faire, et d'ailleurs, Juliette part de son côté : Elle à prévu quelques courses elle aussi. Bon appétit quand même !

    Lâcheuse !

     

    A suivre...

     

    Ce roman est sous la protection d'un copyright

     

    sceau copyright  

    Partager via GmailGoogle Bookmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 12 Avril à 09:27

    Bonjour

    nouveau chapitre pour un amour naissant, merci de continuer ce captivant roman

    j'ai commencé cette partie 01, et je suivrai ces jours ci

    2
    Lundi 14 Mai à 18:12

    Hello Ghislaine

    Cette page nous plonge dans une ambiance différente, cela donne un peu de souffle au récit, bravo

    C'est une bonne tactique.

    Gros bisous

    jo

    Vous devez être connecté pour commenter